Gianmarco Braghi – The Evolving Character of the French Reformed Movement, c.1555-c.1572

confirmation discipline

Gianmarco Braghi – The Evolving Character of the French Reformed Movement, c.1555-c.1572

Cette thèse est une contribution à l’étude des premières années de pénétration du calvinisme en France. Elle se concentre sur la construction des églises réformées françaises et du le mouvement protestant dans une double perspective politique et religieuse. La période 1555-1572 – les règnes d’Henri II, de François II et de Charles IX – est marquée par le début des conflits civils en France et constitue un moment-clé du développement institutionnel des églises réformées françaises, de l’élaboration de leur identité et de l’affirmation de l’existence d’une minorité religieuse aux engagements politiques évidents. Cette thèse vise à renouveler d’une part la compréhension du développement de la structure synodale dominant finalement la mosaïque des églises réformées françaises et à analyser d’autre part les débats politiques et théologiques contemporains (notamment la relation entre les réformés français et Genève). Récemment, plusieurs historiens se sont intéressés à ces questions et ont proposé des interprétations nouvelles du rôle des synodes provinciaux, des inspirations théologiques et ecclésiologiques autres que celles provenant de Genève, des débats politiques internes au parti huguenot et des tensions entre le mouvement réformé français et Genève. Malgré la qualité de ces études, un travail de synthèse restait à écrire et c’est ce que propose cette thèse.

Un intérêt particulier a été porté à la première génération de pasteurs français, au phénomène de la cléricalisation du pastorat et à la recherche du pouvoir de la part de ce dernier dans le cadre de la nouvelle structure synodale des églises réformées. Les pasteurs apparaissent ainsi sous un double statut : ils sont d’un côté les catalyseurs du changement du mouvement protestant durant cette période-clé et de l’autre sont à l’interface de la noblesse réformée et des synodes. Cette thèse analyse attentivement deux phénomènes principaux. D’abord le rôle des synodes dans le processus d’affirmation du pouvoir pastoral. Ensuite la transition – lente et souvent douloureuse – entre le régime pré-synodal, informel et clandestin, des groupements évangéliques de France et la structure ecclésiale officialisée en 1559 à Paris, avec la promulgation de la Confession de foi et de la Discipline ecclésiastique. Cette thèse montre l’étendue des problèmes ayant accompagné l’élaboration progressive des structures ecclésiastiques et décrypte la construction de l’identité théologique, politique, ecclésiologique et émotionnelle du mouvement réformé de France au seizième siècle.

Thèse d’histoire sous la direction de Graeme Murdock, soutenue le 18 décembre 2015 au Trinity College Dublin
Jury :
Anne Dolan (TCD)
Joseph Clarke (TCD)
Penny Roberts (Warwick)


Vous aimerez aussi...