José Luis Egío – La pensée politique d’Innocent Gentillet (1532-1588) : calvinisme, gallicanisme et anti-machiavélisme

Gentillet

José Luis Egío. La pensée politique d’Innocent Gentillet (1532-1588) : calvinisme, gallicanisme et anti-machiavélisme

Ayant moins attiré l’attention que Hotman, Duplessis-Mornay ou Bèze, la figure et les écrits du juriste huguenot Innocent Gentillet méritaient une étude approfondie tant pour leur valeur intrinsèque que pour le rôle que le jurisconsulte a joué au sein du parti huguenot entre 1574 et 1588.

Le Chapitre I propose une biographie actualisée de Gentillet. On présente pour la première fois des informations concernant sa formation universitaire à Grenoble à la fin des années 1550,  période où l’Université comptait parmi ses professeurs le  juriste António Gouveia. L’approche biographique insiste également sur le rôle joué par Gentillet lors de différentes négociations de paix au Dauphiné et l’impact de cette expérience sur son œuvre.

Le Chapitre II est dédié à la façon dont Gentillet conceptualise l’autorité royale et la police dans ses Remonstrances de 1574 et 1576 et dans la première édition de son Discours contre Machiavel (1576). Ce chapitre résume les dénonciations par Gentillet de ce qu’il estime être une mutation de la façon traditionnelle de gouverner en France, abandonnant la consultation et la modération pour un procédé violent et arbitraire de la part d’un roi trompé par ses conseillers machiavéliens. La lecture de la critique antimachiavélienne de Gentillet dans son contexte d’élaboration conduit à considérer ses travaux comme l’une des premières interprétations générales des causes des Guerres de Religion. Cette interprétation rejette la simple lecture confessionnelle de la guerre civile et insiste sur ses causes politiques et philosophiques pour les dépasser et ainsi « réunir les français de l’une et l’autre religion » (élément stratégique très important dans les écrits sous-mentionnés). Gentillet apparaît également comme un porte-parole de la « loyale » et « débonnaire » (sic) noblesse du royaume de France, modératrice de l’autorité royale et conseillère « naturelle » des monarques. Après l’étude comparée des idées nobiliaires de Gentillet avec celles de ses coreligionnaires, sont examinées les différentes théories de la puissance royale entre Gentillet et les « monarchomaques » tels Hotman ou Duplessis-Mornay. En tant que principal polémiste réformé du soulèvement malcontent, Gentillet paraît retourner à la stratégie conciliatrice suivie par le parti huguenot pendant les premières guerres de religion et développe une pensée politique qui reconnaît la « puissance absolue » des rois, tout en prônant un emploi exceptionnel de ce type de puissance.

L’identification des concepts clé (« puissance absolue », « puissance civile », « lois fondamentales » notamment) auxquels Gentillet recourt dans sa théorisation de l’autorité royale est une partie importante de cette thèse qui en propose une reconstruction historique pour saisir la singularité de leur emploi dans les écrits de Gentillet.  Dans cette perspective, contrairement à sa réputation historiographique de  critique moraliste et superficiel de Machiavel, Gentillet apparaît comme l’auteur de la première lecture systématique de ses écrits : il formule une critique dépassant le politique pour se concentrer sur les implications sociales, économiques, historiques et théologiques des idées de Machiavel et, plus généralement, de « la façon de gouverner florentine » pratiquée dans les villes italiennes du XVIe siècle. Le Chapitre III est ainsi consacré à la façon dont Gentillet aborde ces thématiques dans la réédition de 1585 de son Discours contre Machiavel, jusqu’à présent très peu étudié.

L’ampleur des réflexions de Gentillet n’a pas été épuisée dans le cadre de la thèse et un second livre (en cours de rédaction) sera dédié aux rapports de Gentillet au calvinisme. Dans son Apologie pour les chrestiens de France qui sont de la religion evangelique (1578, 1588), Gentillet synthétise en effet les principales positions théologiques, ecclésiologiques et politiques de Calvin tout en les faisant évoluer dans une perspective gallicane qui marque son ample Bureau du Concile de Trente (1586). Tout comme son approche modérée de l’autorité royale et sa défense des privilèges de la noblesse, l’inscription gentilletienne de la Réforme dans l’histoire des luttes gallicanes vis-à-vis des « prétentions de domination du Pape sur la France » paraît être l’un des éléments clefs permettant l’union patriotique autour de Henri IV et la fin des Guerres de Religion.

Thèse soutenue le 28 octobre 2015 à l’Université de Murcie (Espagne)
Jury :

Antonio Rivera García, directeur (Universidad Complutense de Madrid)
Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
José Javier Ruiz Ibáñez (Universidad de Murcia)
Juan Manuel Forte Monge (Universidad Complutense de Madrid)

Édition numérique en espagnol (résumé en français, p. 505-523)


Vous aimerez aussi...