Guilhem de Corbier – Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité – résumé de thèse

La Popelinière

Guilhem de CORBIER, Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité,

Lancelot Voisin de La Popelinière (vers 1540-1608), est originaire du Bas-Poitou (actuel département de la Vendée) et devient protestant à l’âge de seize ans. Il a écrit deux histoires des guerres de Religion qui sont des succès immédiats. Il y expose l’histoire de l’Europe des origines de la Réforme au sixième édit de paix de religion français en 1577. Son souhait avoué est d’en présenter le récit de façon impartiale. Mais le premier ouvrage, La Vraye et Entière Histoire (paru en trois éditions, revues et augmentées de 1571 à 1579), est plagié par deux catholiques parisiens et est légèrement repris à Genève. La Popelinière réécrit donc son œuvre, devenue L’Histoire de France en 1581. Ses coreligionnaires lui infligent alors un procès pour avoir évoqué les protestants de façon déconsidérée, et son œuvre est encore modifiée à Genève et à Paris. Condamné en son absence par le synode national des Eglises réformées tenu à La Rochelle, où il vit, et désormais interdit d’accès à la Cène en 1581, La Popelinière fait son mea culpa en 1585. Il prend dès lors garde de changer de sujet pour ses parutions ultérieures, ce qu’il avait commencé à faire avec Les Trois Mondes puis L’Amiral de France, respectivement publiés en 1582 et en 1584.
Nous avons effectué des recherches sur la vie de l’auteur à cette époque, tout en mettant en valeur ses réseaux. Cette thèse est un travail de réflexion critique sur la place de l’œuvre historique de La Popelinière dans l’historiographie française du XVIe siècle. Elle détermine comment et dans quels contextes précis il travaille et fait imprimer ces ouvrages, publiés sans nom d’auteur et avec des adresses typographiques erronées. Ceci n’est pas le fruit du hasard, et leur publication est successivement effectuée à Caen puis à La Rochelle. Les stratégies mises en place par des réseaux d’imprimeurs huguenots français se redessinent ici. La Popelinière insère des documents entiers dans son récit (discours, lettres, édits etc.), mais aussi de larges passages empruntés à d’autres écrivains. Il innove en voulant traiter d’un sujet d’origine religieuse et brûlant d’actualité de manière tolérante, tout en y développant aussi des apports personnels. L’accueil fait à ces livres par les contemporains et les successeurs de La Popelinière ainsi que sa défense lors de sa condamnation de 1581 à 1585 sont également réétudiés : il précise notamment avoir écrit L’Histoire de France en historien, n’étant pas un théologien. Considérés comme des sources fondamentales pour l’étude de guerres de Religion, ces écrits influenceront les historiens postérieurs, des deux confessions, au cours des siècles suivants.

Doctorat en histoire moderne sous la direction de Denise Turrel, Université de Poitiers, laboratoire CESCM, soutenu le 15 décembre 2015.

Jury :
Denise Turrel (Université de Poitiers)
Benoist Pierre (Université de Tours)
Philip Benedict (Université de Genève)
Hugues Daussy (Université de Franche-Comté)
François Brizay (Université de Poitiers)
Geneviève Guilleminot (Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares)


Vous aimerez aussi...