Hommage à Francis Higman

Francis M. Higman (1935-2015)

 

Higman_25.1.2013Notre collègue Francis M. Higman, Professeur honoraire de l’Université de Genève, est décédé le 10 juin 2015, à près de quatre-vingt ans.

Francis Higman soutint au St John’s College d’Oxford une thèse, publiée en 1967 : The Style of John Calvin in his polemical Treatises. Elle annonçait les études de stylistique et de philologie au terme desquelles il identifia Calvin comme l’un des créateurs de la langue française moderne. Directeur du Département des Études françaises à Dublin – au Trinity College – de 1970 à 1980, puis à Nottingham, de 1980 à 1988, F. Higman fut ensuite, de 1988 à 1998, le directeur de l’Institut d’Histoire de la Réformation (Université de Genève), devenu un pôle de renom international. Après Genève, il choisit avec son épouse de s’installer dans le piémont cévenol, où ils se sont enracinés. Après 1998, il fut associé au Comité de la Société de l’Histoire du Protestantisme français et collabora à l’édition de son Bulletin.

Le titre d’un recueil de ses articles dit l’orientation de ses travaux : Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réforme (Genève, 1998). Il écrivit en français et en anglais, ceci par fidélité et pour expliquer à un large public la diffusion de la Réforme en France, titre d’un livre paru en 1992.

Bibliographe et historien du livre, il parcourut – quand les catalogues n’étaient pas encore numérisés ! – toutes les bibliothèques d’Europe, y découvrant et identifiant de nombreux ouvrages avant de résoudre des énigmes d’attribution ou de traduction anonymes. Il dénicha les livres interdits dans le royaume de France (voir Censorship and the Sorbonne, 1520-1551, Genève 1979), aussi bien que les petits livres « évangéliques » en langue vulgaire. Ce faisant, il intervint dans les débats sur « l’orthodoxie » des théologiens parisiens et, en 1996, par la publication de Piety and the People. Religious Printing in French, 1511-1551, il dévoila les complexités de la circulation des livres religieux en France, en même temps – écrit-il dans la préface – qu’il se réjouissait d’avoir posé les bases de ses études sur l’influence de la Réforme dans la formation de la langue française. Rédacteur de nombreux chapitres dans des histoires de l’édition en France et à Genève, il publia L’Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze avec K. M. Hall et K. Cameron (1967), des pamphlets de J. Calvin (1970), des écrits de Guillaume Farel (1982) et de Pierre de Ronsard (1993).

Éditeur – avec T.H.L. Parker et L. Thorpe – de Sermons inédits de Calvin sur le Livre d’Esaïe, chapitres 30-41 (« Supplementa Calviniana 33 », 1995), il encouragea la poursuite de l’édition des sermons de Jean Calvin, par Max Engammare notamment, et il fut membre du Comité de la nouvelle édition – en cours – des Ioannis Calvini Opera Omnia (Genève, Droz).

Higman, proche de Jean-François Gilmont et d’Olivier Millet, experts comme lui en bibliographie, en stylistique et en rhétorique, contribua par ses travaux et son enseignement à un grand renouvellement des études calviniennes, ce dont témoigne sa Bibliographie. Ses interventions dans de nombreux congrès et colloques lui valurent d’être reconnu sous divers horizons. Nous ne ferons seulement état ici que de sa présence à diverses sessions du Congrès International des Recherches Calviniennes et, en septembre 1988, au IIIe Colloque international sur l’histoire de l’exégèse biblique au XVIe siècle dont il publia les Actes avec Irena Backus. Ce Congrès était organisé par l’Institut d’Histoire de la Réformation, à Genève, dont d’autres diront ce qu’il doit à la présence et la direction de notre ami.25.11.2013; EPHE, avec G. Hobbs et I. Hazlett

Francis Higman établit de solides relations à Paris, notamment avec ses collègues d’Histoire de la littérature à la Renaissance. L’ayant connu attentif aux questions théologiques et aux problèmes d’histoire religieuse, nous l’avons invité, dès 1988-1989, à venir en Directeur associé à la « Section des Sciences religieuses » de l’École Pratique des Hautes Études. Reprenant une question qu’il ne cessa d’approfondir depuis sa thèse de 1964, il choisit alors comme titre : « Esprit cartésien/esprit calvinien : recherches sur l’influence de la Réforme sur le caractère linguistique et esthétique du classicisme français ». Pour simplifier à l’extrême, disons que F. Higman s’interrogeait sur l’originalité de l’écriture « en français » de J. Calvin, une écriture grâce à laquelle il trouva à expliquer dans cette langue des problèmes abstraits, jusqu’à réussir à établir avec succès une vraie communication avec « les simples et les rudes ». Il initia alors à ses recherches calviniennes d’éminent(e)s « seiziémistes » dont les noms sont consignés dans l’Annuaire de cette année-là ! Et l’on ne résumera pas ici ses propos sur « la phrase linéaire » et les autres figures de style caractéristiques des textes calviniens. Il revint maintes fois sur cette question y compris, le 17.9.2010 devant l’Académie des Sciences morales et politiques.

Pendant quelque huit ans, dans les années 1990, F. Higman co-dirigea des Journées d’études annuelles alternativement tenues à Genève et à Paris, sous les auspices de son Institut et de notre Direction d’études à l’ÉPHÉ, qui connurent parfois un grand succès d’affluence. Ainsi y modéra-t-il avec autorité et humour de vifs débats surgis à propos du Colloque de Poissy ou d’interprétations récentes des causes politiques de la Saint-Barthélemy ! D’autres Universités parisiennes et l’Institut protestant de Théologie trouvèrent bien entendu à l’accueillir.

La parution, en 2009, d’Œuvres de J. Calvin dans la « Bibliothèque de la Pleiade » lui doit beaucoup. Il consentit, après des hésitations partagées, à voir modernisée l’orthographe originelle car, avec la rigueur et l’érudition du savant qu’il était, F. Higman tint aussi à écrire pour « tous ». D’où par exemple, en 2002, La Réforme : pourquoi ? En cela, il retrouvait l’intention des diffuseurs du Psautier au XVIe siècle.

Colloque à la Sorbonne  Gilmont, MM. Fragonard, F. Higman, B. Roussel.Les Psaumes ont en effet très fréquemment retenu l’attention de F. Higman, et notamment la question de leurs harmonisations. Il en est question dans « Musique et poésie huguenote » dans les Cahiers V.L. Saulnier n° 10, 1993. Il les présenta en concert à Genève, en octobre 2003, lors d’un colloque sur The Marian Exiles in 16th Century Europe. Il en traita encore dans le fascicule 158/2 (2012) du Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français sous le titre Les Psaumes de la Réforme. On y lit des études que F. Higman y réunit, avec Inès Kirschleger, et – fait exceptionnel – un CD, « La musique du Psautier ».

Francis Higman, on le sait, était connu et aimé comme musicien, chanteur, chef de chœur – dernièrement à Conqueyrac – et organiste. Le 15 juin 2015, au temple de Saint Hippolyte-du-Fort, fut jouée en hommage et après qu’il l’eut souvent offerte à d’autres, la Toccata et fugue en ré mineur (BMW 565) de J.-S. Bach.

Bernard Roussel
Directeur d’Études (retr.),
École Pratique des Hautes Études.


Vous aimerez aussi...