Hommage à Myriam Yardeni

Myriam Yardeni, professeur émérite à l’Université de Haïfa, s’est éteinte le 8 mai 2015. Arlette Jouanna lui rend hommage.

C’est une grande historienne de la pensée religieuse et politique qui vient de s’éteindre. Du fait de ses origines et de son histoire personnelle, Myriam Yardeni, née à Temesvar (Timisoara) et installée en Israël depuis 1950, avait développé une sensibilité particulièrement aiguë aux facteurs qui fondent la cohésion nationale au sein de peuples religieusement divisés. Cette disposition devait tout naturellement l’amener à s’intéresser aux affrontements confessionnels entre protestants et catholiques dans la France du XVIe siècle et à la légalisation progressive d’une tolérance civile partielle au cours des féroces guerres de Religion. Pendant deux ans (1961-1963), elle a préparé à la Sorbonne une thèse d’université sur ce sujet sous la direction de Roland Mousnier, dont elle a suivi assidûment le séminaire ; deux ans pendant lesquels on pouvait la voir arriver chaque jour à la Bibliothèque Nationale, dès l’ouverture des portes, et se plonger avec enthousiasme dans une masse d’opuscules et de traités peu ou mal connus. C’est le livre issu de ce travail acharné (La Conscience nationale en France, Paris/Louvain, Publications de la Sorbonne/Nauwelaerts, 1971) qui allait la faire connaître en France. Ce que Vittorio de Caprariis avait commencé pour la période antérieure à 1572, dans Propaganda e pensiero politico in Francia durante le guerre di religione. I. 1559-1572, Naples, Edizione Scientifiche Italiane, 1959, Myriam Yardeni l’accomplissait en poursuivant l’entreprise jusqu’aux débuts difficiles du règne d’Henri IV. Les lecteurs français découvraient ainsi, grâce à l’abondance des citations et à la perspicacité des analyses, la richesse de textes véritablement fondateurs de la réflexion politique et spirituelle des Temps Modernes. En sondant leurs motivations complexes, Myriam Yardeni avait l’audace d’aborder de front la délicate question du sentiment national, de l’identité française et de ses rapports avec le fait religieux, qu’elle n’allait cesser ensuite d’approfondir dans une série d’articles, rassemblés en 2005 en un volume : Enquêtes sur l’identité de la « nation France » de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

Devenue professeur à l’université de Haïfa, elle y a fondé un Institut d’histoire et de civilisation française. Elle a joué un rôle capital dans l’établissement de liens entre les chercheurs israéliens et français, grâce aux colloques qu’elle organisait et à l’enseignement qu’elle venait dispenser en France, à l’invitation du CNRS, de l’EPHE ou encore de l’université Bordeaux III. Elle poursuivait parallèlement ses recherches sur le devenir des protestants, avec une grande étude sur le Refuge huguenot, qui a donné lieu à une première publication aux Presses Universitaires de France en 1985 et à une seconde en 2002 chez H. Champion. Au cours de ses dépouillements, la fréquence des allusions aux juifs l’avait frappée ; elle les enregistra sur des fiches patiemment constituées qui finirent par former un corpus significatif, matériau de choix pour une quinzaine d’articles regroupés dans Anti-Jewish Mentalities in Early Modern Europe, Lanham, New York, Londres, University Press of America, 1990. Le cas particulier de l’attitude des protestants envers les juifs ne pouvait manquer d’attirer son attention : elle l’examina dans un maître livre, publié d’abord en hébreu à Jérusalem en 1990 puis traduit en français en 2008 (Huguenots et juifs, Paris, H. Champion, 2008). La conception qu’avaient de l’histoire les principaux penseurs protestants a fait l’objet de nombre de ses articles, réunis dans un recueil intitulé Repenser l’histoire. Aspects de l’historiographie huguenote, des guerres de Religion à la Révolution (Paris, H. Champion, 2002). Signalons aussi le petit livre stimulant paru en 1980 sous le titre Utopie et révolte sous Louis XIV. Elle continuait encore à travailler sur « les monarchomaques de la Saint-Barthélemy », projet qu’elle n’aura pas eu le temps de mener à bien.

Le retentissement international de ses travaux peut se mesurer au nombre et à la qualité des historiens, des philosophes et des littéraires qu’elle réussissait à attirer autour des thèmes qui lui étaient chers. Quatre volumes d’actes de colloques organisés par elle à l’université de Haïfa en témoignent : Les Juifs dans l’histoire de France, Leiden, Brill, 1980 ; Modernité et non-conformisme en France à travers les âges, Leiden, Brill, 1983 ; Idéologie et propagande en France, Paris, Picard, 1987 ; en co-direction avec Ilana Zinguer, Les deux Réformes chrétiennes: propagation et diffusion, Leiden, Brill, 2004. En 2002 un volume de Mélanges lui a été dédié, sous la direction d’Ouzi Elyada et de Jacques Le Brun : Conflits politiques, controverses religieuses. Essais d’histoire européenne aux 16e-18e siècles, Paris, Éditions de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 2002.

Myriam Yardeni attirait l’admiration par sa personnalité chaleureuse, par la passion qu’elle mettait dans tout ce qu’elle entreprenait, par la redoutable combativité qu’elle déployait dans les discussions scientifiques, par le courage, enfin, avec lequel elle surmontait ses difficultés de locomotion. C’était une chercheuse opiniâtre et méthodique, douée de surcroît de cette « baraka » des fureteurs qui leur fait découvrir par hasard des trésors ignorés et qu’elle se plaisait à appeler la « sérenpidité ». On aura une idée du bonheur qu’elle y a trouvé en lisant un passage de l’esquisse d’« ego-histoire » qu’elle a donnée à la revue Diasporas. Histoire et sociétés, n° 13 (2008), p. 70-74, passage consacré à l’année sabbatique dont elle a bénéficié en 1981-1982 et au cours de laquelle elle a expérimenté l’extraordinaire solidarité des passionnés d’archives : « Ce fut une année sabbatique enchantée, toute de travail forcené. Une année qui m’a fait découvrir un monde de descendants lointains de la République des Lettres : celui de quelques historiens et érudits ou tout simplement des « curieux » d’histoire locale qui gravitaient autour de l’histoire du Refuge et qui me recevaient comme l’une des leurs. Le pasteur de la Reformierte Kirche d’Erlangen qui partait en Afrique de Sud mais qui, avant son départ, donna l’ordre d’ouvrir et de chauffer l’église afin que je puisse lire tranquillement les délibérations du Consistoire.  Le pasteur Henri Simon, qui a ouvert pour moi chaque matin l’église de Soho Square, où l’on gardait encore à l’époque tous les livres des délibérations de toutes les autres Églises et des consistoires de Londres et où se trouvait également une formidable bibliothèque de quelque 4000 livres non catalogués. Pendant huit à dix heures, je pouvais lire ce que je voulais.  Il revenait tard dans l’après-midi pour fermer, mais avant cela il a photocopié pour moi des traités et des pamphlets où je découvre encore aujourd’hui des matériaux « non utilisés ». Et enfin l’archiviste, dont je ne connais même pas le nom, de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève, qui d’une main de maître et avec énormément de gentillesse me dirigea droit vers les fonds d’archives essentiels pour mes recherches. »

Myriam Yardeni était aussi une amie généreuse, d’une indéfectible fidélité, qui n’hésitait pas à partager ses trouvailles et à en faire profiter ses collègues. Elle laisse un grand vide dans la communauté des historiens et dans le cœur de beaucoup d’entre eux.

                                                                        Arlette Jouanna


Vous aimerez aussi...