Hugues Daussy, Le parti huguenot – 2e édition

Parti Huguenot - 2e éditionHugues Daussy, Le parti huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572), 2e édition, Genève, Droz, 2015, collection « Titre courant », 882 p.

 

Le royaume de France aurait-il pu devenir protestant ? Stimulés par une foi intense et convaincus de l’action providentielle de Dieu en faveur de la « vraie religion », les huguenots l’ont réellement cru à l’orée de la décennie 1560. Cet ouvrage retrace l’histoire éphémère et tragique de cette folle espérance d’une conversion du roi et de tous ses sujets à la Vérité de l’Evangile. A travers la reconstitution des moyens mis en œuvre par les pasteurs, la noblesse et les élites urbaines réformés, afin de faire triompher leur cause, c’est l’histoire du parti huguenot qui se dessine au fil d’un récit conçu comme une chronique scandée par de multiples rebondissements. Instrument politique et militaire, le parti commandé par Condé, Coligny, Jeanne d’Albret et le jeune prince de Navarre connaît une croissance spectaculaire qui lui permet de déployer ses réseaux jusqu’au cœur de l’Europe protestante. Progressivement affaiblie au fil des revers et des déceptions, l’illusion d’une France huguenote s’évanouit tout à fait en août 1572, noyée dans le sang des victimes de la Saint-Barthélemy.

 

 

SOMMAIRE

Introduction

Première partie : L’évidence de la Vérité

Chapitre premier : Que Dieu se montre seulement
« Nos ennemys ne pourront resister »
—De l’ombre à la lumière
—La rhétorique du peuple élu
—Dans les rets de Satan
Sortir du silence
—Une première expression politique
—Le premier appel lancé aux princes protestants étrangers
—Le premier engagement nobiliaire
Des Eglises unies, dans l’attente d’un signe
—Les pasteurs au pouvoir
—Le jugement de Dieu

Chapitre II : La genèse d’une conscience politique
Les hésitations des princes
—Une fausse piste : l’indifférence de la reine mère
—A la recherche d’un prince
Où le réformé se métamorphose en huguenot
—Les ferments de la révolte
—Les trois pôles de l’activisme réformé
—« Une croisade de chevaliers errants »
Le spectre de la guerre civile
—La première guerre des pamphlets
—La multiplication des prises d’armes
—Au bord du précipice

Chapitre III : La parole impuissante
Légalité et providence
—Le recours aux Etats généraux
—Le réveille-matin de Guillot le songeur
—Les signes précurseurs d’une victoire promise
L’embryon d’un parti
—Une hydre politique
—Le rôle politique des institutions ecclésiastiques
—Le temps des requêtes
L’illusion de la réunion dogmatique
—Aiguiser le glaive de l’esprit
—La concorde impossible
—La coexistence refusée

Deuxième partie : La Parole et le glaive

Chapitre IV : La révolte du parti de Dieu
« Pour le soutènement de la Religion et délivrance du Roy »
—« Une petite mousche contre un grand elephant »
—Prise d’armes politique et défense de la foi
—Les mécanismes de la propagande condéenne
La mobilisation huguenote
—Le soutien massif de la noblesse réformée
—L’appel aux Eglises d’avril 1562
—De l’argent et des troupes : le financement de l’effort de guerre
La création d’un système politique et militaire
—Les prémices d’une organisation défensive
—Un système confédéral « pour maintenir la pure doctrine de l’Evangille »

Chapitre V : La solidarité évangélique
Religion et sécurité : les ressorts du jeu diplomatique intra-protestant
—La conscience aiguë d’une communauté d’intérêts
—Soutien diplomatique et neutralisation militaire
—Les ambitions anglaises
L’appel aux mercenaires
—Hésitations évangéliques : le rôle décisif de Philippe de Hesse
—La mission de François d’Andelot
—Un projet de ligue protestante internationale ?
—La frilosité helvétique
—La mission de Madeleine de Mailly
L’intervention anglaise en France
—Pour Dieu, l’Angleterre et Calais
—« Affligé et triste, usque ad mortem »
—La confiance brisée

Chapitre VI : Se résigner à la coexistence ?
Voix dissonantes, voies divergentes
—La tentation d’Augsbourg
—La paix de la discorde
—Pragmatisme nobiliaire et idéalisme pastoral
Combattre en temps de paix
—« Ceste divine providence »
—Le recours à l’Histoire
—L’arène politique
Une guerre inéluctable
—Paix inachevée et haines irréductibles
—Un parti devenu impuissante ?
—La phobie du complot papiste

Troisième partie : Le salut par les armes ?

Chapitre VII : La « cause generalle » au péril de la guerre
Prise d’armes préventive, guerre défensive
—La réorganisation du parti
—Le réveil du système politico-militaire huguenot
—« Quand Israël hors d’Egypte sortit »
Pax certa, victoria integra, mors honesta
—La Rochelle, capitale du parti huguenot
—La mobilisation nobiliaire et la conduite de la guerre
—Les « deniers de la cause »
« Pour la foy, pour la France et pour la liberté »
—D’Orléans à La Rochelle, les conditions matérielles de la production pamphlétaire
—La noblesse française, plutôt que l’étranger
—La défense du Bien public
—« Dieu veut régner »
—Droit de résistance et contractualisation

Chapitre VIII : Dans l’oeil d’un cyclone européen
Les nouvelles voies de la diplomatie huguenote
—Des équilibres fragiles
—Londres et Heidelberg, au coeur de la diplomatie huguenote
Une « saincte alliance »
—Initiatives huguenotes
—La grande ambition de l’Electeur palatin
Elisabeth, Jean-Casimir et Wolfgang au secours des huguenots
—Un appui militaire décisif
—Le financement des troupes étrangères
—Impasses diplomatiques

Chapitre IX : Le parti assassiné
Sous le signe de la méfiance
—La victoire paradoxale des huguenots
—Un parti uni et solidaire
—« Un edict en papier n’est pas suffisant gage »
Le coup de poker néerlandais
—L’échiquier européen recomposé
—Le jeu des chaises matrimoniales
Quand Josias se mue en « Hérode sanglant »
—Un crime politique
—L’agonie d’un rêve

Conclusion
Sources et bibliographie
Index des noms de personnes
Index des figures bibliques
Table des tableaux et illustrations

Lien vers le site de l’éditeur.


Vous aimerez aussi...