Soutenance de la thèse de Lucie Kaennel

Lucie KAENNEL soutiendra sa thèse de doctorat en théologie (Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne) et en science des religions (Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris), mercredi 29 janvier 2014 à 14h15, Bâtiment Extranef, salle 110, Quartier Unil Dorigny, devant un jury présidé par Monsieur David Hamidovic (Professeur à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne) et composé de Monsieur Pierre Gisel (Professeur à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne), Monsieur Jean-Paul Willaime (Directeur d’études à l’EPHE, Paris), Monsieur Marc Boss (Professeur à l’Institut Protestant de Théologie de Montpellier), Monsieur Jaques Ehrenfreund (Professeur à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne), Monsieur Michel Espagne (Directeur de recherche au CNRS) et Monsieur Jacques le Rider (Directeur d’études à l’EPHE, Paris).

 

Résumé : Les juifs et l’idée de Bildung dans l’Allemagne de culture protestante. Chronique d’un mésamour à travers le long XIX siècle.

Des années 1780, quand surgit la question de l’émancipation des juifs, à la Première Guerre mondiale, qui dément l’optimisme de la perfectibilité du genre humain cultivé par la Bildung, le « long » XIXe siècle est la scène sur laquelle se déploient les efforts d’intégration des juifs dans la société et la culture allemandes, où la Bildung, intimement liée à l’esprit du protestantisme allemand qui l’a profondément marquée de son empreinte, tient lieu de médiation. Fil conducteur de ma recherche, la Bildung me permet de montrer en quoi son idéal est devenu un élément constitutif de l’identité des juifs allemands, en même temps qu’il cesse, sous les effets de la nationalisation d’une culture allemande devenue un outil au service d’un peuple particulier, d’être le projet, certes d’une communauté donnée, mais porteur d’universalisme. De fait, tout en adhérant à sa définition originale, les juifs ont su réinterpréter l’idée de Bildung en désamorçant l’alliance entre culture, germanité et nationalisme, afin de construire une nouvelle identité judéo-allemande qui réponde aux enjeux et aux exigences de la modernité ainsi qu’aux évolutions du temps, tout en visant à la reconnaissance des valeurs et du statut du judaïsme. Dans la mesure où cet idéal de la Bildung, sous les coups du nationalisme allemand, a perdu sa portée universelle pour, dans un processus de germanisation, devenir un instrument au service du projet nationaliste, les juifs vont progressivement se voir exclus de la nation allemande, quand bien même ou précisément parce qu’ils se sont identifiés à tel point au projet initial de la Bildung qu’ils en sont devenus les garants.

 

Summary

From the 1780s, when the question of the emancipation of the Jews emerged, until World War I—a disappointment for those who were optimistic about cultivating a perfected humanity through Bildung (education)—the “long” nineteenth century is the stage on which the efforts to integrate the Jews into German society and culture took place. In this context, Bildung, which was decidedly bound to and profoundly marked by the German Protestant spirit, served as mediation. The underlying theme of Bildung in my research enables me to show how its ideal became the constitutive element of German Jewish identity. Concurrently, under the effects of the nationalization of German culture that became a tool in the service of a specific folk, the ideal of Bildung ceased to be a project that conveyed universal meaning. In fact, although the Jewish people agreed with its original definition, they succeeded in reinterpreting the idea of Bildung by neutralizing the alliance between culture, being German, and nationalism in order to elaborate a new German-Jewish identity in reply to the challenges and requirements of modernity and the evolution of society while still recognizing the values and status of Judaism. Inasmuch as the ideal of Bildung lost its universal significance for serving the nationalist project under the influence of German nationalism, the Jews were gradually excluded from the German folk, which took place despite, or precisely because, they identified to such an extent with the original aims of Bildung that they became the guarantors for it.

 

Téléchargez ici la table des matières de la thèse.


Vous aimerez aussi...