La fabrique de l’assentiment. Créance et témoignage dans les religions monothéistes

La fabrique de l’assentiment. Créance et témoignage dans les religions monothéistes

Séance du 16 mai 2024, 14h-16h, Ecole pratique des hautes études, Campus Condorcet (Aubervilliers)
  • Chrystel Bernat : « Témoin et faux témoin chez Calvin. L’attestation en régime de grâce gratuite »
  • Hubert Bost : « Le “Témoignage intérieur du Saint-Esprit” en perspective calvinienne : Dieu garant de lui-même et accommodant »

Le témoin est une personne ou une chose qui a pour rôle d’authentifier un fait ou un discours. L’irruption du divin dans l’histoire, surtout sous une modalité sensible, appelle la présence de garants sans lesquels la mémoire de l’événement ne saurait se fixer. Si la Bible connaît des objets-témoins, comme la stèle dressée par Josué lors du pacte de Sichem, voire des objets théophores, comme les Tables de la Loi ou l’Arche d’Alliance, elle met d’abord l’accent sur l’homme-témoin : le patriarche, le prophète, le roi, et plus encore le peuple d’Israël dans son ensemble, qui doit attester de la présence agissante de Yahvé (Is 43, 9-10 ; 44, 8 ; 55, 4). Dans le Nouveau Testament, récapitulant en sa personne tout le peuple élu, Jésus est appelé à rendre témoignage (à la Vérité, à son Père, à lui-même), par son enseignement et par sa vie. Cette double dimension se retrouve dans le témoignage que ses disciples seront appelés à rendre en Église : le μαρτύριον, sanglant ou non-sanglant, est d’abord un « témoignage ». Cette conception de l’idée de « martyr » caractérise aussi le concept de shahid que l’on trouve dans la tradition musulmane.
En passant des réalités mystériques, exprimées par le langage de la théologie, à la réalité socio-historique, la vie des croyants continue à s’appuyer sur des témoins sans lesquels une multitude d’actions seraient impossibles. La tradition rabbinique, quant à elle, s’interroge longuement sur le statut du témoin et la valeur de son témoignage. La notion de témoignage – public ou privé, écrit ou oral, ordinaire ou extraordinaire, officieux ou officiel – permet d’inscrire les religions dans l’histoire.
À la croisée des approches théologique, juridique et historique, le présent cycle de conférences se propose d’étudier les diverses formes prises par l’acte d’attestation dans le champ religieux, dans les textes-sources comme dans les traditions postérieures qui, au nom de la véracité ou de la légitimité, croient nécessaire, pour garantir la survie de la communauté croyante voire de la croyance elle-même, de recourir à des « témoins ».



Citer ce billet
Thomas Guillemin (2024, 2 mai). La fabrique de l’assentiment. Créance et témoignage dans les religions monothéistes. GRHP. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10spi

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search