Deux expositions sur les guerres de religion – printemps-été 2023

Au Château de Chantilly jusqu’au 21 mai 2023 : Visages des guerres de religion

Les conflits fratricides qui ont opposé catholiques et protestants dans la France de la seconde moitié du XVIe siècle ont marqué les consciences et les artistes. Au choc des armes s’ajoute celui de l’image, dans lequel le portrait tient toute sa place. La collection de portraits dessinés de la Renaissance conservée à Chantilly permet de présenter les protagonistes de ces événements tragiques et de dresser un panorama éloquent de cette période déchirée de l’histoire de France.

Le musée Condé de Chantilly conserve l’une des plus importantes collections relatives aux guerres de Religion. Ces guerres civiles étaient l’une des périodes de prédilection de la génération romantique à laquelle appartenait le jeune duc d’Aumale. Son frère aîné, Ferdinand- Philippe, duc d’Orléans, commanda par exemple à Paul Delaroche l’un des tableaux d’histoire les plus célèbres du XIXe siècle, L’Assassinat du duc de Guise, trônant aujourd’hui dans la Tribune du musée Condé.

Historien de Louis, premier prince de Condé, l’un des principaux chefs du parti huguenot, le duc d’Aumale avait hérité des riches archives Montmorency et Condé. Il les compléta par la collection de portraits dessinés, peints et gravés la plus importante au monde concernant la Renaissance française, qui permettent de réunir aujourd’hui tous les principaux acteurs des guerres de Religion.

La suite sur le site du Château de Chantilly.

Au Musée de l’Armée jusqu’au 30 juillet 2023 : La haine des clans. Guerres de religion 1559-1610

La seconde moitié du XVIe siècle constitue la « part sombre » de la Renaissance, marquée en France par les querelles religieuses, les troubles civils et une profonde remise en cause du pouvoir royal : un âge de désordre et de déraison, qui, en quarante ans et huit guerres de Religion, va embraser le royaume en une succession d’affrontements, de répressions, de scandales et de massacres, bouleversant l’équilibre du pays de façon inédite.

C’est aussi un moment-clef de l’histoire nationale, peut-être la plus grave crise subie par l’Ancien Régime avant 1789 : elle a marqué de manière indélébile notre mémoire et l’imaginaire collectif, notamment par une frénésie nouvelle de violences, qui trouvent leur paroxysme dans l’épisode sanglant de la Saint-Barthélemy.

Le musée de l’Armée consacre une exposition à l’histoire fascinante et excessive de ces guerres de Religion. Quels en sont les ressorts ? Les enjeux ? Les temps forts ? Les protagonistes ?

La suite sur le site du Musée de l’Armée.



Citer ce billet
Thomas Guillemin (2023, 16 avril). Deux expositions sur les guerres de religion – printemps-été 2023. GRHP. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p7ij

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search