Hommage à Bernard Roussel, par Luc Daireaux

Bernard Roussel, directeur d’études à l’École pratique des hautes études entre 1985 et 2002, éditeur de quelques-unes des Œuvres de Jean Calvin1, s’est éteint le jeudi 1er avril 2021, à l’âge de 83 ans2. Le Groupe de recherche en histoire des protestantismes salue, avec émotion, la mémoire de l’un de ses fondateurs, en l’an 2000, aux côtés de Marianne Carbonnier-Burkard et d’André Encrevé. Le GRHP était pour Bernard Roussel « un lieu de travail et de réflexion » et « un lieu de socialisation de nos existences historiennes »3.

Bernard Roussel est né à Marseille, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Son père est agrégé de grammaire, sa mère institutrice. De ses années marseillaises, Bernard Roussel a notamment retenu son « intégration » dans l’Église réformée, après 1942, et la formation reçue au lycée Périer, auprès d’André Ducasse, professeur de lettres, ou de Bartolomé Bennassar, jeune agrégé d’histoire4. À l’annonce de la mort de ce dernier, en novembre 2018, Bernard Roussel se souvenait de l’année de « philo-lettres », en 1953-1954, et évoquait en particulier la préparation au concours général, une leçon magistrale du professeur sur Napoléon, ainsi qu’une « fort méchante note pour un devoir sur ‘le blé et le riz’ »5.

Vient ensuite le temps des études à la faculté de théologie protestante de l’université de Strasbourg et à l’Eden Theological Seminary, affilié à The United Church of Christ, dans la périphérie de St Louis (Missouri). Après avoir rédigé un mémoire portant sur la pensée du théologien germano-étatsunien Paul Tillich (1886-1965), Bernard Roussel est pasteur de l’Église réformée de France, d’abord à Choisy, en banlieue parisienne, puis en Algérie. Bernard Roussel n’a raconté que récemment cette expérience fondatrice, vécue avec son épouse Jacqueline, un séjour qui, « à bien des égards, a déterminé nombre de [ses] choix et sentiments ultérieurs »6. Le jeune pasteur exerce d’abord à Ménerville (Thénia) puis à Hussein-Dey, à proximité d’Alger7. Le couple quitte définitivement l’Algérie en octobre 1962.

S’opère alors une « transition douce » du métier de prédicateur – Bernard Roussel sera rayé du rôle des pasteurs de l’Église réformée, en 1981 – à celui d’historien du christianisme et de la théologie. Enseignant à la faculté de théologie protestante de l’université de Strasbourg (1963-1970 puis 1975-1985), ainsi qu’à la faculté libre de théologie protestante de Montpellier (1970-1973) et à l’Institut d’histoire de la Réformation de l’université de Genève (1973-1975), Bernard Roussel soutient, à Strasbourg, en octobre 1970, sous la direction de François Wendel, une thèse intitulée Martin Bucer, exégète de l’Épître aux Romains. Les travaux en histoire de l’exégèse sont nourris par des discussions et par des échanges nourris avec Wendel, auquel Roussel rend hommage en 19758, mais aussi avec Jean Rott, Étienne Trocmé, le père Jacques-Vincent Pollet, ou encore ses congénères Kenzo Tagawa et R. Gerald Hobbs. Les publications de Bernard Roussel se multiplient à partir des années 1970 et tout au long de la décennie suivante. En 1976 se tient le premier colloque international d’histoire de l’exégèse, à Genève, colloque auquel contribue Bernard Roussel et dont les actes seront publiés en 19789. En 1985, l’historien est élu à la chaire « Histoire et théologie de la Réforme », devenue « Réformes et protestantismes dans l’Europe moderne », en 1996. Bernard Roussel prend alors la succession de Richard Stauffer, mort en 1984. En 1987, il assure la direction scientifique, avec Rodolphe Peter, d’un ouvrage intitulé Le Livre et la Réforme10. Cette même année sont publiés les actes d’un grand colloque consacré à Olivétan, traducteur de la Bible, en codirection avec Georges Casalis11. En 1989 paraît le volume dirigé avec Guy Bedouelle, volume paru sous le titre Le Temps des Réformes et la Bible12.

Durant toutes ces années, Bernard Roussel dialogue avec une historiographie en plein renouveau et cherche les voies d’un rapprochement de l’histoire de l’exégèse avec l’histoire religieuse13. Philippe Büttgen et Christian Grosse ont remarquablement montré comment s’est opéré ce rapprochement ou cette jonction, dont témoigne abondamment le volume de mélanges publié en 2013 par les éditions Brepols14. Bernard Roussel, notamment à travers la lecture des travaux du théologien luthérien Gerhard Ebeling (1912-2001), dessine les contours d’« une histoire de l’exégèse sans philosophie herméneutique »15. Par ailleurs, il initie, au tournant des années 1980-1990, une anthropologie des rituels réformés. Dans ce cadre, la notion de commentaire, telle qu’elle est issue des méthodes de l’histoire de l’exégèse, paraît particulièrement fructueuse. « En transitant de son contexte théologique habituel à celui des pratiques religieuses, elle permet de reconnaître à ces dernières un statut de processus signifiant, doté d’une certaine autonomie ». Ce faisant est battue en brèche « une vision stéréotypée » du protestantisme réformé « comme religion a-rituelle »16. Deux articles portant sur la Cène et ses usages au XVIe siècle sont publiés en 1993 et en 199417. Un important papier sur les funérailles des réformés paraît, en anglais, en 200318. De premières synthèses, de portée plus générale, sont également publiées19.

Si la riche édition des Œuvres de Jean Calvin, proposée avec Francis Higman, pour le compte de la « Bibliothèque de la Pléiade » paraît en 2009, c’est bien l’immense travail sur les disciplines, les confessions de foi et les synodes des Églises réformées de France qui a occupé Bernard Roussel ces dernières années. L’Annuaire de l’École pratique des hautes études, pour l’année universitaire 1987-1988, signale déjà une première recherche sur les synodes nationaux des XVIe et XVIIe siècles20. Cette recherche s’amplifie entre 1988 et 1991, à lire les Annuaires, avant de céder la place à d’autres thématiques. Un maître-article est publié, en 1993, dans le Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français ; l’article s’attarde sur les recueils des actes de synodes nationaux tels qu’ils sont proposés par Jean Aymon et par John Quick21. Cinq ans plus tard, dans un ouvrage consacré à l’édit de Nantes, livre codirigé avec Michel Grandjean, Bernard Roussel revient sur la tenue des synodes de Montauban, de Saumur et de Montpellier, en 1594, en 1596 et en 159822. Les mélanges en l’honneur d’Élisabeth Labrousse donnent lieu à la publication d’une stimulante réflexion sur la Discipline des Églises réformées de France, en 155923. Dès les années 1990, Bernard Roussel accumule la documentation et parvient à circuler aisément dans les multiples copies des actes synodaux, en quête d’un texte qui n’a de cesse de se dérober. Ces derniers temps, Bernard Roussel finalisait, dans une forme de perfectionnisme rare, l’édition des actes des huit premiers synodes nationaux, réunions tenues entre 1559 et 1572. Il avait présenté quelques aspects de ses travaux au colloque international tenu à Pau, en avril 201324.

Cette brève notice ne donne qu’un faible aperçu de la densité des travaux et des publications de Bernard Roussel, homme de dialogue et de rencontres qui n’a cessé de publier notices et comptes rendus d’ouvrages au service d’une pensée profonde et subtile.

Le GRHP s’associe, en ce 14 avril 2021, au chagrin de son épouse, Jacqueline, de ses filles, Martine et Claire, de ses petits-enfants et de son arrière-petit-fils.

Luc Daireaux



Citer ce billet
Thomas Guillemin (2021, 14 avril). Hommage à Bernard Roussel, par Luc Daireaux. GRHP. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p7h6

  1. Jean Calvin, Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2009, édition établie par Francis Higman et Bernard Roussel. []
  2. Divers hommages ont été rendus depuis l’annonce de la disparition de Bernard Roussel. Voir les éditions du Monde en date du 6 avril 2021 (disponible également en ligne, article signé Philippe Jean-Catinchi), de Réforme (en ligne, 8 avril 2021, par Hubert Bost). Voir aussi les hommages rendus par Hubert Bost (texte disponible sur le site de l’École pratique des hautes études) et par Hubert Bost et Philippe Büttgen (texte publié sur le site du Laboratoire d’études sur les monothéismes). []
  3. Discours du 24 mai 2003, reproduit dans « De l’histoire de l’exégèse à l’anthropologie historique : une explication en guise d’au revoir ! », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, daté de juillet-septembre 2004, p. 462-472, ici p. 462. []
  4. Voir la notice rédigée par Bernard Roussel lui-même, notice publiée par l’École pratique des hautes études (dictionnaire prosopographie de l’EPHE). []
  5. Courriel adressé à l’Association des historiens modernistes des universités françaises, novembre 2018. []
  6. « De l’histoire de l’exégèse… », p. 465. []
  7. Voir « Pasteur en Algérie (1960-1962), puis historien », Les Cahiers d’EMAM, t. 23, 2014, p. 19-44, article disponible en ligne. Voir aussi l’entretien à notre micro pour le compte de l’émission Au miroir de Clio, émission diffusée sur la Radio de Rouen (R2R), le 22 juin 2014, et disponible en ligne. []
  8. « François Wendel et l’enseignement de l’histoire ecclésiastique », Revue d’histoire et de philosophie religieuses, 1974, p. 135-152, article disponible en ligne. []
  9. Olivier Fatio et Pierre Fraenkel (dir.), Histoire de l’exégèse au XVIe siècle : texte du colloque international tenu à Genève en 1976, Genève, Droz, 1978. []
  10. Rodolphe Peter et Bernard Roussel (dir.), Le Livre et la Réforme, Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, 1987 [Revue française d’histoire du livre, 50]. []
  11. Georges Casalis et Bernard Roussel (dir.), Olivétan, traducteur de la Bible. Actes du colloque Olivétan, Noyon, mai 1985, Paris, éd. du Cerf, 1987. []
  12. Guy Bedouelle et Bernard Roussel (dir.), Le Temps des Réformes et la Bible, Paris, Beauchesne, 1989. []
  13. Pour mesurer l’équilibre complexe qui se tisse entre approche exégétique et démarche anthropologique dans les travaux de Bernard Roussel, il suffit de reprendre les Annuaires de l’École pratique des hautes études, lesquels rendent comptent, chaque année, des thématiques choisies par les enseignants de l’institution. On peut consulter ces Annuaires à partir de la page suivante. []
  14. R. Gerald Hobbs et Annie Noblesse-Rocher (dir.), Bible, histoire et société. Mélanges offerts à Bernard Roussel, Turnhout, Brepols, 2013. []
  15. Philippe Büttgen, « Les normes et leur interprétation : de l’histoire de l’Église à l’histoire de l’exégèse », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, juillet-septembre 2004, p. 481-496, ici p. 496. []
  16. Christian Grosse, « Le rituel comme commentaire », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, juillet-septembre 2004, p. 473-480, ici p. 476 et 480. []
  17. « Comment faire la Cène ? Rite et retour aux Écritures dans les Églises réformées du royaume de France au XVIe siècle », dans Évelyne Patlagean et Alain Le Boulluec (dir.), Les Retours aux Écritures : fondamentalismes présents et passé. Actes du colloque de Paris, 27-30 janvier 1992, Louvain et Paris, Peeters, 1993, p. 195-216 ; « ‘Faire la Cène’ dans les Églises réformées du royaume de France au XVIe siècle », Archives de sciences sociales des religions, t. 85, 1994, p. 99-119, article disponible en ligne. []
  18. « ‘Ensevelir honnestement les corps’ : Funeral Corteges and Huguenot Culture », dans Raymond Mentzer et Andrew Spicer (dir.), Society and Culture in the Huguenot World, c. 1559- 1685, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 193-208. []
  19. Voir, par exemple, Christian Grosse, Françoise Chevalier, Raymond Mentzer et Bernard Roussel, « Anthropologie historique : les rituels réformés (XVIe-XVIIe siècles) », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. 148, octobre-décembre 2002, p. 979-1009. []
  20. Annuaire de l’EPHE, t. 96, 1987, p. 355, document disponible en ligne. []
  21. Bernard Roussel et Solange Deyon, « Pour un nouvel ‘Aymon’ : les premiers synodes nationaux des Églises réformées en France (1559-1567) », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. 139, octobre-décembre 1993, p. 545-595. []
  22. « Les synodes nationaux de 1594, 1596 et 1598 : le difficile maintien d’une ‘bonne union et intelligence’ entre les Églises réformées », dans Michel Grandjean et Bernard Roussel (dir.), Coexister dans l’intolérance : l’édit de Nantes (1598), Genève, Labor et Fides, 1998, p. 115-133. []
  23. « La Discipline des Églises réformées de France en 1559 : un royaume sans clergé ? », dans Michelle Magdelaine et alii (dir.), De l’Humanisme aux Lumières, Bayle et le protestantisme. Mélanges en l’honneur d’Élisabeth Labrousse, Paris et Oxford, Universitas / Voltaire Foundation, 1996, p. 169-191. []
  24. Voir le programme de ce colloque sur le site de l’Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF), La France huguenote. Intégration institutionnelle d’une minorité religieuse (XVIe-XVIIIe siècles), Pau, 4-6 avril 2013. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search