Soutenance de la thèse de Michel Johner

Michel JOHNER soutiendra sa thèse de doctorat le 20 décembre à 14h à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Bâtiment « Le France », 190, avenue de France, 75013 Paris, 1er étage, salle 123), devant un jury composé des Professeurs Patrick Cabanel (Université Toulouse Le Mirail), Marianne Carbonnier-Burkard (Institut protestant de théologie), Yves Krumenacker (Université Lyon 3 Jean Moulin) et Hubert Bost (Ecole pratique des hautes études).

 

Résumé de la thèse : Les protestants de France et la sécularisation du mariage à la veille de la Révolution française (1784-1789). Rabaut Saint-Etienne et l’édit de tolérance de 1787.

La sécularisation du mariage est un processus qui a été engagé en France, dans la période de l’édit de tolérance (1787), en réponse à la nécessité de mettre fin à la proscription dont était frappé le mariage des protestants depuis 1685, et qui s’est achevé dans le conflit entre la République et l’Église catholique sous la Révolution. Quelle fut la part des protestants eux-mêmes dans ce processus ? Quelles prédispositions leur propre doctrine du mariage, ébranlée ou renforcée par la répression endurée durant le siècle de la révocation de l’édit de Nantes, leur donnait-elle sur la question ?

La partie préliminaire présente l’évolution de la politique royale envers le mariage des protestants au cours du XVIIIe siècle (chap. I et III), la discipline des protestants et leurs pratiques du mariage (chap. II) ainsi que la part active qu’ils ont prise à l’avancement du débat politique sur le sujet (chap. IV et V). Dans une seconde partie, on décrit le processus qui, entre 1784 et 1787, aboutit à la promulgation de l’édit de tolérance, auquel a contribué de façon directe le pasteur Rabaut Saint-Étienne (chap. VI à XIV). La troisième partie étudie la manière dont les Églises et synodes réformés, dans les deux années qui précèdent la Révolution, ont accueilli l’édit de novembre 1787, et exprimé par leurs règlements d’application les moyens par lesquels ils entendaient faire barrage à la sécularisation du mariage (chap. XV à XXX). L’épilogue décrit l’absence d’implication visible des protestants de France dans les travaux législatifs sur le mariage civil au cours de la période révolutionnaire (1791-1804).

 

Summary : French Protestants and the Secularisation of Marriage on the Eve of the French Revolution (1774-1789). Rabaut Saint-Etienne and the Edict of Tolerance of 1787.

The process of the secularisation of marriage set in motion during the period of the Edict of Tolerance (1787) was a response to the need to bring to an end the proscription inflicted on the marriage of Protestants since 1685, and it was finalised in the conflict opposing the Republic and the Roman Catholic Church under the Revolution. But did the Protestants themselves take an active part in this process ? How did their doctrine of marriage and the repression to which they had been subjected for a century after the revocation of the Edict of Nantes shake or reinforce their attitudes to the question ?

The first section deals with the evolution of royal policy towards Protestant marriage during the XVIIIth century (Chaps. I and III), the ordinance and practice of marriage among Protestants (Chap. II) and the active part they played in advancing political debate on the subject (Chaps. IV and V). The second part describes the process which, between 1784 and 1787, led to the promulgation of the Edict of Tolerance, in which Pastor Rabaut Saint-Etienne was actively engaged (Chaps. VI to XIV). The third part shows the way in which Reformed Churches and synods dealt with the edict of November 1787 during the two years prior to the Revolution and how the rules and applications they set up show that they intended to oppose all secularisation of marriage (Chaps. VX to XXX). Finally, the epilogue describes the absence of any visible implication of French Protestants in drawing up the legislative texts concerning marriage in the revolutionary period (1791-1804).

 

La table des matières de la thèse peut être téléchargée ici.


Vous aimerez aussi...