AAC – Pouvoir, institutions et factions dans les protestantismes européens (vers 1840 – vers 1900) – Revue d’histoire du protestantisme

Revue d’histoire du protestantisme. Numéro spécial, automne 2022.
« Pouvoir, institutions et factions dans les protestantismes européens (vers 1840 – vers 1900) »

En 1872, pour la première fois depuis la Révocation de l’Édit de Nantes (1685), l’État autorise la réunion d’un Synode général des Églises réformées de France. Bien qu’autorisées dans le principe par les Articles organiques régissant le fonctionnement concordataire depuis 1801-02, une telle assemblée n’avait pu se tenir, soit que l’État l’ait refusé, soit qu’il l’ait repoussé indéfiniment en invoquant des principes de neutralité ou des craintes de conflit. Cependant, dans le contexte révolutionnaire de 1848-49, se tint un synode général officieux dont on retient surtout le départ de Frédéric Monod, partant fonder son Église sur le modèle de rupture d’un Thomas Chalmers à l’égard de la Kirk en Écosse.

En 1872, une nouvelle scission menaça les Églises réformées de France, déchirées entre factions théologiques et ecclésiologiques, structurées en partis, alimentés par des organisations semi-légales, embrasées par presse et conférences religieuse et ce dans le contexte d’un suffrage universel masculin attisant les conflits, des paroisses aux synodes. La date-pivot de 1872, pour intéressante qu’elle soit, l’est cependant moins que la crise institutionnelle qu’elle révèle en arrière-plan de la finalité assignée au synode général devant définir la foi. Balançant entre un conservatisme majoritaire, bien enraciné, et un Adolphe Thiers, chef de l’État, libéral par conviction, la jeune Troisième République ne sut arbitrer entre autorité et autonomie disciplinaire des Églises. De 1873 à 1905-06 (loi de Séparation), puis jusque 1938 (avec la naissance d’une Église réformée unifiée), synodes officieux ou assemblées générales tentèrent de réinventer les institutions presbytériennes réformées françaises afin de réguler temples, desservants et fidèles. Par-delà l’attitude actuelle de l’État, ce 150e anniversaire (en 2022) constitue une bonne occasion d’envisager le fonctionnement ecclésiastique des protestantismes européens dans une perspective comparatiste.

En dépit de particularismes évidents, il semble, en effet, que de nombreuses convergences apparurent, alors que la démocratie venait contester les hiérarchies traditionnelles, ou que la plupart des Églises lorgnaient sur les initiatives de leurs voisines, tant pour se prémunir de leurs dérives supposées que pour contribuer à leur propre salut. Par ailleurs, la concurrence entre « Église large », Haute, ou basse et suivies par vieux ou néo-libéraux, évangéliques de toutes origines, néo-calvinistes donnant prise aux qualificatifs d’extrême ou centre gauche et droite, en sus du centre, contribuèrent à reformuler le rôle des laïcs, comme des pasteurs, ainsi que les formes de notabilité, de patronage, d’identité, voire à la fin du 19e siècle, de genre lorsque l’on commença à considérer les femmes hors du champ assistanciel ou comme des paroissiens de seconde zone, mais comme actrices décisionnaires. Une autre étape décisive, commune aux Églises épiscopaliennes, à directoire et presbytériennes à cette époque est leur bureaucratisation sommitale inspirée des modèles parlementaires, partisans ou entrepreneuriaux et que l’on distingue à travers leur production matérielle. En témoigne la banalisation d’outils permettant la formulation de décisions collectives, de rapports, d’enquêtes, de statistiques, de comptes-rendus financiers ou de missions à l’étranger, en sus des révisions effectuées
sur les livres de prière ou des recueils de textes. Dans une certaine mesure, comités, archives, employés de bureau, culture issue des professions libérales instaurent de nouveaux mandats d’expertise. Un tel phénomène se perçoit également au sein de certaines modalités de spécialisation inhérentes aux organisations bureaucratiques. Si la fonction traditionnelle des assemblées délibératives périodiques au sein des Églises consistait à faire respecter les prescriptions disciplinaires et morales, ou tenter de résoudre les conflits, en s’ajustant au temps, de nouveaux défis se firent jour à partir du milieu du 19e siècle. Réveils, industrialisation, sécularisation, concurrence inter-religieuse, urbanisation réclamèrent de fortes prises de position. De fait, et quelle que soit sa dénomination, une Église en voie de responsabilisation financière, est confrontée à des rivalités internes, parfois à des antagonismes interpersonnels, mais à l’aube du 20e siècle de sérieux enjeux sont également repérables comme l’opposition entre la centralisation/métropolisation et la défense de solides traditions régionales. Si les tenants du premier parti soutinrent l’argument d’une Église unifiée car seule capable de batailler sur le front urbain ou impérial, ceux du second courant firent valoir le droit des minorités, comme celui à la diversité voire à l’hétérodoxie. Sur un autre plan, chacun sait que la liturgie a pu constituer une pente vers le ritualisme, qu’un épiscopalisme rampant a traversé le libéralisme réformé menaçant les Églises d’une dépendance à l’égard de l’État [situation proche de l’association « Church and King » au Royaume-Uni], ou que les activités récréatives extra-religieuses devaient contribuer à l’édification de la citoyenneté chrétienne. Pourtant, à l’échelon individuel, les
comportements sociopolitiques ne sont pas nécessairement déterminés par les appartenances ecclésiastiques : ainsi, tel néo-calviniste mordant peut être plus républicain que tel prédicateur libéral bon teint, proche de l’autoritaire Second Empire.

Finalement, ces débats complexes, brouillant les frontières ecclésiastiques ou individuelles, croisant aussi ceux entre modernités et héritages (notamment en matière de relation au passé religieux et à l’histoire), mènent à la question de fond : qu’est-ce qu’une Église ? Comment une communauté ecclésiale peut-elle être gouvernée ?

Pour y voir un peu plus clair, la Revue d’Histoire du protestantisme [auparavant, Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme français, fondé en 1852] lance un appel à contribution pour son numéro spécial : « Pouvoir, institutions et factions dans les protestantismes européens (vers 1840 – vers 1900) ».  Ce numéro spécial souhaite rassembler une série d’articles originaux ou de solides synthèses consacrés aux institutions représentatives fonctionnant au sein des protestantismes européens. Ces articles peuvent aborder de nombreux domaines, qu’il s’agisse de résolution de conflits ecclésiastiques ou de réformes les concernant, de débats sur l’électorat, les élections ou les modes de désignation, les cadres d’organisation (notamment les liens avec les diverses sociétés religieuse), les interférences étatiques ou médiatiques, les divisions régionales ou leurs sensibilités propres, les ressorts du leadership, ainsi que les divers angles d’attaque évoqués plus en amont dans le texte. Afin de maintenir une certaine unité de ton et de cohérence analytique, si des contributions à visée biographique peuvent trouver place, elles paraissent a priori moins pertinentes que celles fournissant une armature chronologique, surtout dans la perspective comparatiste visée ici. Quelques indications relatives aux sources, fonds et dépôts d’archives seraient également intéressantes.

Mode de proposition d’articles
Les propositions d’articles pourront être adressées jusqu’au 15 mai 2021 à : Patrick[point]harismendy[at]@wanadoo[point]fr
Une réponse rapide sera fournie.
Les articles (45.000 signes ou 7.000 mots) devront être transmis pour le 30 avril 2022. La langue d’édition est le français ou l’anglais. Pour l’unité des notes infrapaginales, limitées autant que possible aux seules références archivistiques et bibliographiques, indiquer : Nom, prénom, titre de l’ouvrage, lieu d’édition, éditeur, date d’édition, pages (sous la forme p. 22, par exemple). Ne pas mettre les noms propres en majuscules, ni dans le texte courant, ni dans les notes.

* * *
Call for papers
Revue d’histoire du Protestantisme – Special issue, Autumn 2022
« Power, institutions and factions in European Protestantism c. 1840 – c. 1900 »

In 1872, for the first time since the Revocation of the Edict of Nantes (1685), the State authorized a meeting of the General Synod of the Reformed Churches in France. Although enshrined in the Organic Articles regulating the concordat regime since 1801-02, no such meeting had actually taken place until then. It had been either prohibited or indefinitely postponed by the government, on grounds of neutrality or out of fear of a conflict. Nonetheless, within the context of the revolutionary period of 1848-49, an unofficial general synod was convened. It was mainly marked by the departure of Frédéric Monod, who decided to create his own church, in a similar way to Thomas Chalmers leaving the Kirk in Scotland.

Still in 1872, a new split threatened the French Reformed Churches, torn between theologyled and ecclesiologyled factions, structured into parties, nurtured by semi-legal organizations and fuelled by the press and by religious conferences, at a time when universal male suffrage was stirring up conflicts from parishes to synods. This pivotal date of 1872 stands out against the backdrop of an institutional crisis surrounding the mandate assigned to the synod: defining faith. With a long-standing conservative majority on the one hand and a liberal head of state, Adolphe Thiers, on the other, the young Third Republic failed to reconcile the exercise of its authority and allowing self-government in the Church. During the period 1873 to 1906 (Disestablishment Act) and further until 1938 (creation of a united Reformed Church), unofficial synods or general assemblies strived to reinvigorate French presbyterian institutions in order to regulate churches, incumbents and flocks. Irrespective of the state’s current views, the upcoming 150th anniversary (in 2022) offers a timely incentive to study the ecclesiastical dimension of European Protestantisms, applying a comparative approach.

Despite some obvious national specificities, a number of convergences emerged, as democracy was shaking traditional hierarchies or while most Churches were looking to follow the path set by others, to protect themselves from potential harm as well as to ensure their own survival. Furthermore, competition among high, low and broad churches attended by old/ancient or new/recent Liberals, evangelicals and neo-Calvinists, leading to their being labelled as far/center left/right and center, contributed to reshaping the roles of laity and clergy, as well as the notions of dignitaries, patronage, identity and even at the end of the 19th century, of gender, when women ceased to be considered merely as carers or second-rate parishioners, to be recognized as decision-making stakeholders. An-other decisive feature in congregational or presbyterian churches at the time is a pyramid-shaped bureaucracy, inspired by parliamentary, political parties or business models. This is reflected in their physical output with more wide-spread tools to formulate collective decisions, reports, surveys, statistics, financial statements, mission trip reports, in addition to revising prayer books or collected works. To some extent, committees, archives, office clerks and a professional culture established new forms of expertise. This phenomenon appears as well, in some forms of specialization linked to bureaucratic organizations. Whereas the traditional purpose of Church periodical assemblies laid in imposing respect for discipline and moral rules or in seeking to settle disputes, new challenges arose as of the mid-19th century. Revivals, industrialization, secularization, religious competition, urbanization required strong responses. De facto, a rather corporate church, whatever its denomination, will face internal rivalries or even interpersonal antagonisms, but on the eve of the 20th century major stakes were noticeably at play, such as the battle opposing centralization to metropolization and the protection of deeply rooted regional traditions. The proponents of the former argued in favor of a unified Church, as being the sole bulwark on the urban or imperial battlefield, whereas the latter advocated in favor of minority rights and diversity, or even of heterodoxy. At a different level, it is well-known that liturgy is a potential path to ritualism and that a rampant episcopalist movement swept through reformed liberalism, presenting a threat for the Church of subordination to the State (similar to the “Church and King” ties in the UK) at a time when social and recreational activities were intended to contribute to the building of a Christian citizenship. But at the individual level, socio-political behaviours are not necessarily induced by ecclesiastical belonging, therefore a neo-Calvinist launching scathing attacks may actually be more republican than a dyed-in-the-wool liberal preacher, close to the authoritarian Second Empire (in France).

All in all, these complex issues where the lines between the ecclesiastical and the individual domains become blurred and where modernity and legacy are also mingled together (in particular as regards the perception of the religious past and of history) point to the following substantive questions: what is a Church? And how can a church community be governed?

With a view to shedding some light on all these subjects, the Revue d’histoire du protestantisme [formerly Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme français, created in 1852] is issuing a call for papers for its special issue, entitled “Power, institutions and factions in European Protes-tantism c. 1840 – c. 1900”
This special issue’s aim is to offer a collection of original articles or robust overviews of studies devoted to representative institutions existing within European Protestantism. Papers may cover a wide range of topics, from the settlement of ecclesiastical disputes and reforms that were carried out in this field, to voting systems and electoral modalities, organizational frameworks (in particular links with religious societies), meddling by the state and media, regional divisions and specific sensitivities, the inner workings of leadership, as well as other dimensions highlighted above. To ensure a degree of unity of tone and overall consistency, kindly note that although biographical contributions can have their place, they seem less relevant than chronological analyses, particularly given the comparative approach that has been chosen. It would also be useful for sources, archival holdings and collections to be referenced.
Terms of submission
The deadline to submit proposals is May 15th, 2021. A prompt reply will follow.
Proposals should be sent at:Patrick[point]harismendy[at]@wanadoo[point]fr
Contributions in English or in French must be submitted by April 30th, 2022. Their length should not exceed 45.000 signs or 7.000 words, footnotes included. Footnotes should be concise and limited to the following: Full name of author, title, place of publication, publisher, publication date, number of pages (e.g. p.22). Proper names should always appear in lowercase, both in the text itself and in footnotes.



Citer ce billet
Thomas Guillemin (2021, 28 mars). AAC – Pouvoir, institutions et factions dans les protestantismes européens (vers 1840 – vers 1900) – Revue d’histoire du protestantisme. GRHP. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p7h5

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search