Heidi et Dieter Gembicki, Le réveil des coeurs

GembickiHeidi et Dieter GEMBICKI, Le réveil des coeurs. Journal de voyage du frère morave Fries (1761-1762), Préface de Jean-Paul Chabrol, Paris, Le Croit Vif, 2013, 528 p.

Le 13 janvier 1761, un apothicaire de Montbéliard présente son passeport au poste-frontière de Collonges (aujourd’hui dans l’Ain). Sous cette couverture de clandestin, voyage un ancien pasteur luthérien ayant rejoint l’Église des frères moraves, Pierre Conrad Fries. Envoyé pour « réveiller les cœurs » des protestants français sous la Croix, il parcourt le sud du pays, des Cévennes au Poitou, séjournant longuement à Lyon, Marseille, Nîmes, Alès, Montpellier, Montauban, Nérac, Orthez, Bordeaux, Tonneins, Arvert, Gémozac, Jarnac, Melle et Saint-Maixent… Il est reçu par de multiples familles huguenotes qui le protègent, participe à de nombreuses assemblées au Désert et, pendant deux mois, officie en Saintonge à la place d’un collègue malade.

Observateur d’une rare finesse, nourrie à la fois du piétisme morave et de l’esprit des Lumières, il dresse des portraits saisissants de ses rencontres, notamment ceux de pasteurs comme Paul Rabaut ou les frères Gibert… Il termine son journal par ces mots désabusés : « Tout est triste dans le pays d’où je sors : j’ai vu le mal de cette pauvre nation que j’ai visitée, j’en ai parlé au Sauveur, j’en ai pleuré… »

Ses cahiers que Jean-Paul Chabrol, dans sa préface, compare à un « road movie spirituel », se révèlent une source inestimable concernant la vie sociale et religieuse des protestants français au moment des derniers soubresauts de la persécution, quelques mois avant la publication par Voltaire de son Traité sur la tolérance.

Cet inédit est présenté et annoté par deux historiens genevois, Dieter et Heidi Gembicki ; ils en tirent une analyse qui éclaire de façon lumineuse le voyage du frère Fries, tout en le resituant dans l’histoire intellectuelle et religieuse de l’Europe.

Lien vers le site de l’éditeur.


Vous aimerez aussi...