Protestantisme et minorité. Programme 2019 de conférences de la Librairie Jean Calvin

Présentation des organisateurs

Voici l’essence même du protestantisme français depuis le XVIe siècle qui a fini par accepter ce statut, non sans mal, car cette identité s’est longtemps déclinée sur le mode de la persécution. La Saint-Barthélemy, qui atteint les marges ouest du royaume, marque encore cette mémoire huguenote tout autant que la révocation et son cortège de douleurs. Marie Durand, enfermée 38 ans dans la Tour de Constance, en demeure, à la fois, le symbole de la souffrance et de la résistance. Souvent molestés, les protestants n’ont pas cessé de résister, y
compris les armes à la main, comme l’illustre l’épisode camisard. Mais cette minorité a, le plus souvent, préféré la résistance pacifique. pendant la Seconde Guerre Mondiale, par exemple, réformés ou évangéliques refusent de saluer Hitler, le faux dieu. Pour cela, ils sont enfermés au Struthof, le seul camp de  concentration français. La majorité d’entre eux choisit de lutter en tendant la main aux juifs, l’autre minorité opprimée avec laquelle ils partageaient le tourment de la souffrance. Cette affinité minoritaire dont les ressorts sont plus complexes qu’il n’y paraît signifie-t-elle, pour ce protestantisme français, une « capacité naturelle » à accueillir les minorités en son propre sein ? Autrement dit, quel rapport le  protestantisme français entretient-il avec les nouvelles églises émergentes du  XVIIIe et du XIXe siècle ? Que fait-il des méthodistes ou des églises de Frères quand ils prennent pied dans l’Hexagone ? La question se pose peut-être encore  différemment quand on aborde un mouvement conquérant et rétif à l’intégration, comme Jeunesse en Mission. Car le protestantisme français, qui est parvenu à  faire partager par la majorité ses choix laïques et républicains, reste dubitatif devant ces groupes importés et étrangers au contexte français.
« Protestantisme et minorité » invite aussi à se pencher sur le lien que cette foi entretient avec les délaissés et les exclus de la société. John Bost, pasteur évangélique du XIXe siècle, choisit de consacrer son existence à tous ceux qui sont regardés comme des fous et placés dans des asiles. Non seulement, il fonde une œuvre pour les accueillir, mais il fait le choix de les laisser vivre dans un espace ouvert.
Enfin, le protestantisme et la question minoritaire conduisent nécessairement à explorer les liens entretenus avec le monde de l’art, dont la place est considérée comme marginale dans le monde protestant !

Consulter le programme


Vous aimerez aussi...