Matthieu Arnold et Christophe Tournu (éd.), La Bible de 1611

Bible 1611Matthieu ARNOLD, Christophe TOURNU (éd.), La Bible de 1611. Sources, Écritures & Influences / The King James Version. Sources, Writings & Influences, Strasbourg, Presses Universitaires, 2013 (Écriture et société 4), 212 pages.

À l’occasion du 500e anniversaire de la « Bible du Roi Jacques », en 2011, un colloque international avait rassemblé, à Strasbourg (Palais Universitaire) et à Sélestat (Bibliothèque humaniste), à l’initiative de l’EA 2325 (Recherches sur le monde anglophone) et de l’EA 4378 (Théologie protestante), un colloque international. Ce dernier avait rassemblé des universitaires français et des savants britanniques, spécialistes de la langue, de la littérature et de la civilisation britanniques, mais aussi historiens, théologiens et musicologues.

Les actes de ce colloque, qui en reprennent la dimension bilingue, sont agencés en quatre sections.

I. Les circonstances et les sources de la « King James Version » : A. McGrath et S. Juillet Garzon campent le contexte politique dans lequel Jacques Ier d’Angleterre a fait réaliser une traduction accessible et précise dans le but d’affermir son règne par un consensus religieux. G. Day présente la part, importante, prise par les universitaires de Winchester College dans cette traduction. G. Hobbs examine les influences juives sur la traduction du livre des Psaumes, et A. Noblesse-Rocher sur l’influence exégétique indirecte de Martin Bucer.

II. Aspects littéraires : G. Campbell étudie le langage de la Bible de 1611 en lien avec les traductions antérieures et avec le langage quotidien du début du XVIIe s. B. Föllmi met en évidence les tensions entre le Psautier présenté par cette Bible et le Psautier versifié et rimé en usage depuis 1562. J. R. Watson montre combien la « King James Version » a marqué les recueils de cantiques « Olney Hymns ».

III. La « King James Version », ses lecteurs et ses lectures : S. Prickett nous apprend qu’au XIXe s., on a mis la « King James Version », dont on admirait le style, en rapport avec Shakespeare. F. Lessay traite de l’autorité de la Bible selon Hobbes, qui, comme Jacques Ier, tenait le Roi pour le « pasteur suprême ». N. Forsyth examine comment Milton réinterpréta la notion protestante de « sola scriptura ». F. Deconninck-Brossart mesure l’influence de la Bible de 1611 sur les non conformistes anglais (les Académies dissidentes, 1720-1860).

Ce volume ne prétend nullement avoir le dernier mot sur la « King James Version » : on aurait pu, par ex., s’intéresser davantage aux aspects matériels du texte de la Bible de 1611, en sollicitant des historiens du livre, ou encore aux différents types de lecture, individuelle ou collective, de cette Bible. Cet ouvrage collectif, qui comporte une bibliographie générale (p. 199-203) et dont la consultation est facilitée par un index des noms de personnes (p. 205-207), entend bien plutôt stimuler les recherches sur une traduction qui, à l’instar de celle de Martin Luther, a marqué profondément l’époque moderne.

Téléchargez la présentation de l’ouvrage ici.


Vous aimerez aussi...