Appel à communication : Les convertis. Parcours religieux, parcours politiques

Appel à communication

Les convertis : parcours religieux, parcours politiques
Bordeaux, 4 et 5 décembre 2014

 

Dans les sociétés anciennes, la démarche de conversion suivait un cheminement en deux étapes. La première consistait dans le « retour à Dieu ». Librement consenti, il relevait théoriquement de la conscience individuelle. La seconde était l’abjuration, qui traduisait de manière officielle la décision du converti. L’une s’inscrivait dans la sphère de l’intime, l’autre se manifestait dans l’espace publique. Il est pourtant difficile de les dissocier. Depuis la conversion au christianisme de l’Empereur Constantin et le baptême de Clovis, la conversion du prince constitue pour les États européens une rupture politique majeure, devenue par la suite enjeu des évangélisations, puis des réformes protestantes et catholiques aux cours des XVIe et XVIIe siècles.

Si l’époque contemporaine a vu les liens entre l’État et la religion dominante se relâcher, la reconnaissance de la pluralité confessionnelle comme la sécularisation n’ont pas relégué la conversion dans le domaine privé. Bien des trajectoires religieuses demeurent orientées par des logiques politiques. La perte de crédibilité d’une Église établie ou autrefois établie pousse certains à se tourner vers d’autres religions jugées moins corrompues. Le refus du déclin, le rejet de la domination étrangère, l’opposition aux politiques de laïcisation, ou encore la crainte de la subversion sociale en conduisent d’autres à retrouver la foi perdue de leur enfance. La crainte de la pauvreté et de la relégation sociale peut également être le ressort d’un changement de religion, celui-ci devenant alors l’expression d’un désaveu radical de la société englobante et de ses fondements identitaires. En bref, se convertir permet toujours d’appuyer des revendications, d’affirmer l’adhésion ou le rejet d’un milieu ou d’une culture.

Le colloque souhaite interroger les parcours des convertis. Souvent abordée dans sa dimension mystique et personnelle, la conversion a surtout été envisagée, dans l’espace public, comme une contrainte extérieure exercée sur les religions minoritaires. Il s’agira d’analyser également les conversions « par le haut », de cerner les motivations du personnel politique (princes et chefs d’État, ministres, autres représentants du pouvoir) confronté au choix confessionnel. Figures de traîtres ou sages inspirés par l’Esprit Saint : quel fut le devenir politique des convertis ? Il conviendra de réfléchir à l’engagement des individus, de mesurer leur capacité d’entraînement sur leurs parentèles et clientèles ou sur les milieux dont ils sont issus. Pourquoi certains nobles ont-il choisi de professer la religion dominante alors que d’autres optaient pour l’émigration ? Évaluer la part de la liberté et de la contrainte conduira à mieux distinguer les « conversions-ruptures » des « conversions-ralliements », qui expriment la fidélité au pouvoir temporel ou à une Église. Une attention particulière sera accordée aux espaces de coexistence confessionnelle (Europe centrale et orientale, Méditerranée) et aux « jeux d’échelles » dans lesquels s’inscrivent les conversions. En dehors des États occidentaux, la prise en compte d’autres expériences politiques et religieuses (par exemple la relation entre l’islam et le bouddhisme ou les conversions consécutives aux missions chrétiennes ad extra) servira de contrepoint. Des analyses croisées viseront à démêler la part respective du religieux et du politique dans les différentes modalités de la conversion, à cerner des changements ou des constantes anthropologiques et culturelles. Envisager le phénomène selon une chronologie longue aidera à mesurer les mouvements de « sortie de la religion » ou de « retour du religieux ».

Sans êtres contraignantes, quelques pistes pourront être privilégiées :

La démarche du converti : la prise de décision : « chemin de Damas » ou réflexion mûrie ? ; le poids de l’environnement politique et religieux ; le rôle de l’entourage (parents, amis, réseaux…) ; de la formation reçue (les voyages, les études) ; le caractère précaire ou définitif de la conversion.

Le retentissement des conversions : la publicité de la conversion : discrétion ou mise en scène ? Le recours à l’image et à l’imprimé, l’utilisation de la presse. Le « regard de l’autre » sur les convertis. Les modèles invoqués.

Les implications politiques de la conversion : quelle tolérance pour les convertis ? Les convertis ont-ils été des « prosélytes » ? Quelle influence ont-ils exercée sur leur milieu d’origine, sur leur parti ? La conversion peut-elle être envisagée comme un « bon » choix politique ?

Chaque proposition devra être accompagnée d’un résumé n’excédant pas 2500 signes, en français ou en anglais. Les organisateurs prendront en charge le transport, l’hébergement (deux nuits) et trois repas.

 

 

Modèle de fiche de réponse :

Nom : ——————————————————————————————————–

Fonctions : ————————————————————————————————–

Adresse/courriel : ——————————————————————————————

Titre et résumé de la communication : ——————————————————————-

 

Pour la période moderne, les propositions peuvent être adressés par courriel à : Philippe Martin (Université Lyon 2) : philippe.martin@univ-lyon2.fr ou Éric Suire (Université Bordeaux 3) : eric.suire@u-bordeaux3

Pour la période contemporaine, les propositions peuvent être adressés par courriel à : Nicolas Champ (Université Bordeaux 3) : nicolas.champ@u-bordeaux3.fr ou Jean-Pierre Moisset (Université Bordeaux 3) : jean-pierre.moisset@u-bordeaux3.fr

La date limite de réponse est fixée au 31 décembre 2013.

Fruit d’un partenariat entre le CEMMC et l’ISERL, le colloque de Bordeaux consacré aux périodes moderne et contemporaine sera suivi en 2015 d’un second colloque, organisé à Lyon et portant sur les périodes antique et médiévale, avec le soutien des UMR Ausonius et HISOMA et du CERCOR.

Comité scientifique : Nicolas Champ (Bordeaux 3) Yves Krumenacker (Lyon 2) Claire Laux (IEP Bordeaux) Jean-Pierre Moisset (Bordeaux 3) Philippe Martin (Lyon 2) Lionel Obadia (Lyon 2) Oissila Saaïdia (Lyon 2) Éric Suire (Bordeaux 3).


Vous aimerez aussi...