Conférence de Marilyn Garcia-Chapleau

Conférence de Marilyn Garcia-Chapleau

Le refuge huguenot du cap de Bonne-Espérance

Présentée dans le cadre du séminaire interdisciplinaire
Ethique, politique et spiritualité dans l’espace anglophone et francophone

Recherches atlantiques

Mardi 14 janvier 2014, 17h15-19h30
Institut Protestant de Théologie de Paris
salle 11, bâtiment central

 

Entre 1670 et 1700, 260 protestants français fuyant les persécutions religieuses ont gagné le poste de ravitaillement créé en 1652 par la Compagnie hollandaise des Indes orientales (la VOC) au cap de Bonne-Espérance. Ces réfugiés devaient mettre en valeur des terres nouvellement colonisées et fournir des vivres aux navires de la Compagnie en transit entre l’Europe et l’Asie.

La communauté huguenote est rapidement entrée en conflit avec les dirigeants locaux de la VOC dont la politique visait l’assimilation des protestants français dans la communauté hollandaise dominante. Les différends ont porté sur la gestion des propriétés foncières, sur le commerce avec les indigènes et les équipages en transit, sur l’utilisation de la langue française dans les domaines administratif et culturel, ainsi que sur l’autonomie politique de la communauté huguenote. En outre, bien qu’ils partageassent la même foi calviniste, les conditions de la pratique religieuse devaient être approuvées par les autorités du cap.

Les huguenots ne s’en sont pas moins aussi efforcés de s’intégrer. C’est ce que démontrent l’absence d’un phénomène de « rétro-exode » et leurs efforts pour assurer, en particulier, leur prospérité économique. Cette étude porte sur l’histoire des réfugiés protestants français du Cap et sur l’avènement de la nation Boer, ainsi que sur l’invention d’un « mythe huguenot » qui contribua à la construction d’une identité afrikaner au cours de la colonisation britannique.


Vous aimerez aussi...