Jésuites et protestants XVIe-XXe siècles – colloque – Lyon, 24-25 mai 2018

Colloque International – Lyon, 24-25 mai 2018

Argumentaire de l’appel à communication

Face à la naissance du protestantisme au XVIe siècle, l’Église catholique a développé deux stratégies : la lutte contre la réforme ; la transformation du catholicisme. Une institution semble résumer ces deux politiques : la Compagnie de Jésus qui mène des missions contre les protestants, participe à des controverses, créé des collèges pour former l’élite catholique…. Placer « protestants » et « jésuites » dans un affrontement systématique est un des a-priori de l’historiographie ; a-priori qui a été mis en place dès le XVIe siècle. Il est régulièrement repris et développé ; à tel point qu’une légende est née : Ignace de Loyola, fondateur des jésuites, et Luther, père du protestantisme, se seraient rencontrés à Paris ; ils auraient partagé le même rejet d’une Église corrompue ; mais si le premier aurait décidé d’agir de l’intérieur, le second aurait décidé de construire une nouvelle confession. L’anecdote, même si elle est fausse, dit parfaitement l’opposition entre les deux hommes, plus encore entre deux courants.
Il convient de dépasser ces a-priori qui ne reposent que sur la volonté de simplifier les choses ou sur un cloisonnement des études puisque l’historiographie a l’habitude d’envisager les jésuites ou les protestants.
En fait les choses sont bien plus complexes car jésuites et protestants partagent bien des choses :
-des études communes
-des devises communes
-un fonctionnement identique des collèges…
Il convient donc de dépasser les traditionnels a-priori. D’autant plus que les liens entre les deux groupes ont toujours été complexes. Ainsi, jésuites et protestants se retrouvent souvent pour favoriser l’œcuménisme au XXe siècle.
Ce colloque envisage le temps long : de la naissance du protestantisme au XXe siècle. Cela permet d’envisager « l’ancienne compagnie » (la compagnie de Jésus du XVIe au XVIIIe s.) et la « nouvelle » (XIXe et XXe s.) ; de dépasser le cadre des luttes confessionnelles ; de mesurer les occasions de rapprochements (ex. : lors du concile de Vatican II)…
Ce colloque se propose d’explorer trois axes :
1. les oppositions
2. les points de convergence
3. la présentation de cas (pays ou personnages)

Comité d’organisation
KRUMENACKER Yves, professeur d’histoire moderne, université Lyon 3
MARTIN Philippe, professeur d’histoire moderne, université Lyon 2

Comité scientifique
FABRE Pierre-Antoine, directeur d’études, EHESS
MOSTACCIO Silvia, professeur d’histoire moderne, université de Louvain (Belgique)

Propositions à envoyer à Yves Krumenacker (yves.krumenacker@univ-lyon3.fr) avant le 30 septembre 2017


Vous aimerez aussi...