Hommage à Alain Dufour

Alain Dufour, éditeur de la correspondance de Théodore de Bèze, nous a quittés le 17 mai 2017. Béatrice Nicollier lui rend hommage.

 

La communauté des seiziémistes, et tout particulièrement ceux d’entre eux qui s’intéressent à l’histoire du protestantisme, ont perdu un maître en la personne d’Alain Dufour.

Passionné d’histoire dès sa jeunesse, dans la tradition de son arrière-grand-père Henri Bordier, auteur de La France protestante, et de son grand père Théophile Dufour, il était chartiste comme eux (promotion 1954) et fut ensuite profondément marqué par un séjour accompli en 1955 à Naples, à l’Institut Croce.

Egalement Licencié en Lettres et docteur Honoris causa de l’Université de Genève, il devint collaborateur, puis directeur (1968-1995) de la maison genevoise d’édition Droz, en contact avec tout ce que le monde comptait d’érudits et d’auteurs publiant leurs travaux dans la série des Travaux d’Humanisme et Renaissance (près de 600 volumes), ou dans la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, les Etudes de philologie et d’histoire, les Travaux d’Histoire ethico-politiques et bien d’autres collections.

Auteur d’ouvrages et de très nombreux articles fondateurs sur la place de Genève dans le développement de la Réforme, particulièrement en France (La guerre de 1589-1593, 1958, t. IV de la vaste étude de Lucien Cramer sur la Seigneurie de Genève et la maison de Savoie ; « Le mythe de Genève au temps de Calvin », repris avec d’autres dans Histoire politique et psychologie historique, 1966), traducteur de Croce, éditeur de René de Lucinge, son grand œuvre fut cependant l’édition de la Correspondance de Théodore de Bèze, qu’il eut le bonheur de voir terminée quelques semaines avant sa disparition. De 1960 au mois de mai 2017, il fit paraître 43 volumes comportant les 2792 lettres de et à Bèze qui ont pu être retrouvées. Il sut, pendant plus d’un demi-siècle, animer successivement tous ses collaborateurs, leur inculquant à la fois l’exigence d’une érudition sans faille, et le sens de la problématique historique. Il offrit ainsi au public un monument d’érudition, qui donna, donne et donnera lieu à de nombreuses interprétations. Il en tira lui-même un Théodore de Bèze, poète et théologien (2009) très personnel et particulièrement sensible, comme l’indique le titre, à la veine poétique du réformateur.

Homme d’idées, homme de culture, mais aussi homme de bon sens, mélomane, jardinier, amoureux de l’Italie… ce sont là quelques aspects seulement de sa riche personnalité, qui se reflétait dans une conversation digne du Grand Siècle, et qui donnent la mesure du vide laissé derrière lui par Alain Dufour.

Béatrice Nicollier


Vous aimerez aussi...